Un complément sur le GF1 / by Niels Ackermann

Mon précédent billet qui présentait le GF1 était très enthousiaste. Et pour cause, l'appareil est très bon et il est carrément révolutionnaire sur bien des points.

Mais entre temps, j'ai pu le confronter aux réalités du terrain, et j'ai pu identifier quelques points fâcheux. Mon évaluation de cet appareil n'aurait pas été complète sans en parler. Voici donc le complément un peu plus négatif.

Autant techniquement je trouve cet appareil quasiment irréprochable (seul défaut éventuel: le bruit de l'obturateur), autant au niveau de l'ergonomie, surtout de la conception des fonctions, je trouve que panasonic a fourni un travail lamentable. C'est cru, mais après avoir travaillé pendant des années sur des Canon, je n'arrive pas à comprendre qu'on puisse faire des choses aussi absurdes que ce qu'on voit sur ce panasonic (lequel semblerait être encore "moins pire" que le LX3 et d'autres de la marque). Pour l'analogie, ça me fait penser à la différence entre les téléphones Nokia et les Sony Ericsson. On peut faire les mêmes choses, mais ça prend 3x plus de temps sur un Sony Ericsson ou un Motorola que sur un Nokia. Ben c'est pareil entre le Lumix et mes Eos (ou mes compacts Canon).

Dans l'ordre des reproches

  • Je travaille souvent avec le viseur optique, donc je désactive l'écran (deux pressions sur le bouton display). Pour le reste du temps, j'ai activé un mode qui, après 30 secondes d'inactivité, éteint l'écran. Sauf que passé ces 30 secondes, que l'écran soit éteint ou non, il me dit qu'il va l'éteindre, ça à la limite ok... mais si je presse sur le déclencheur, il sort du mode d'économie et donc, il rallume l'écran, sans tenir compte du fait que je l'avais désactivé.
  • Toujours autour de cette histoire d'écran, si l'écran est éteint, la molette de réglage devient inopérante. Je n'ai pas forcément besoin de voir l'écran pour savoir quand il faut sur-exposer ou sous-exposer un peu. Je perds donc du temps en devant soit rallumer soit en appuyant sur le bouton Q Menu (quick menu, un moyen simple d'accéder à certaines fonctions, mais où le sens des priorités parmi les fonctions est aussi absurde).
  • Les modes autos et semi-auto (A, S) simulent l'exposition à l'écran: si je sous-expose, l'image s'assombrit. C'est bien. Mais pourquoi le mode Manuel n'a-t-il pas bénéficié de cette fonction? Mes Canons le faisaient aussi.
  • Il y a un bouton qui permet de bloquer la mise au point (et / ou) la mesure de lumière. C'est bien, j'utilise tout le temps ça sur mon 5d mk II (pour la mise au point). Mais sur le Lumix, ce bouton ne fait pas que bloquer la fonction sélectionnée. Il commence, à la pression, par faire la mise au point (comme si on avait pressé à mi course sur le déclencheur), puis il la fige. C'est redondant et inutile. On peut très bien faire la mise au point en pressant le déclencheur et la figer avec le bouton conçu pour. Là, on doit réfléchir à l'avance: si on va faire une mise au point qu'on doit figer, alors on la fait avec le bouton x, et sinon, avec le bouton y.
  • Il y a une fonction personnalisée permettant de déplacer la zone de mise au point. Très pratique. Mais quand elle est activée, les boutons du dos de l'appareil perdent leurs fonctions initiales (réglage de la balance des blancs, iso etc...) tout ça doit ensuite se faire via le quick menu... Ce satané quick menu aurait pu être aboli si, par exemple, le déplacement du focus se faisait en pressant ce bouton en même temps que les flèches au dos du boitier.

Sinon, il y a aussi quelques petits avantages que j'ai découvert en cours de route:

  • L'appareil est vraiment très léger. Presque trop, si je le mets à l'épaule, je le sens à peine, au point de toujours devoir vérifier si il n'est pas tombé.
  • L'autonomie est très bonne. Surtout quand on éteint régulièrement son écran.

A propos du viseur optique

Mon avis n'est pas encore totalement arrêté concernant le viseur optique. Il est indéniablement sympathique, il permet de travailler vraiment au feeling. D'autant plus que la mesure de lumière est assez efficace. Il m'arrive de me mettre en priorité ouverture, et de shooter au viseur.

Le cadre du 35mm de mon viseur helios colle assez bien à ce que cadre le GF1 avec le 20mm (en crop 2:3). Si le sujet est proche, il faut légèrement corriger la parallaxe, mais bon ça c'est pas surprenant.

Par contre, le Helios est assez sombre et je trouve la visée trop large. On arrive pas à voir toute l'image en un coup d'oeil, ça aide pas à bien composer. Et finalement, j'arrive pas à cadrer droit avec. Le comble quand on pense que c'était pour ça que j'avais commandé ça.