Le bon côté des choses / by Niels Ackermann

Hier, j'ai accepté un peu malgré moi deux commandes photo (dont une à l'autre bout du lac) alors même que j'avais encore un rendez-vous en soirée à Genève. Autant dire que ça ne m'arrangeait pas tant que ça, et que quand on est déjà surchargé de boulots à rendre, l'aspect financier de la chose n'aide que marginalement à dire oui. Mais j'ai accepté, et j'ai été jusqu'au fin fond du valais faire des photos dans des conditions techniques assez difficiles. C'est ce moment qu'à choisi mon appareil pour m'annoncer de manière alétoire des "erreur 20". L'erreur 20, d'après le représentant de Canon, c'est un problème du miroir.

C'est rageant ce genre de problème en pleine période de fêtes et à 7 jours de mon départ pour l'Ukraine (où forcément j'aurai besoin de cet appareil). Mais le représentant a fait des pieds et des mains pour m'assurer une réparation en urgence et un boitier en prêt en attendant. Très classe!

En y réfléchissant, je me suis dit que j'ai finalement bien fait d'accepter ces deux commandes qui tombaient très mal. Si je n'avais pas eu à prendre de photos hier, je n'en aurais certainement pas fait aujourd'hui et j'aurais peut-être découvert le problème soit deux ou trois jours avant mon départ, soit sur place, avec comme conséquence l'obligation d'acheter un nouveau boitier. Le temps perdu est donc pas forcément là où on le croit.